Bien vivre ses voyages en tant qu’hypersensible

Juil 16, 2023

 Aujourd’hui on va aborder les voyages ! Et plus particulièrement de comment bien vivre ses voyages, comment rester en forme quand on est hypersensible, et bien profiter des vacances. Parce que je ne sais pas pour toi, mais de mon côté, ce n’est pas toujours facile en voyage. J’ai toujours eu l’impression que pour les autres, partir en voyage était quelque chose de super facile, super agréable, où ils sont détendus et tout va toujours bien. De mon côté, rien que le voyage en lui-même avant d’arriver à destination, c’est beaucoup de stress, et souvent des petits maux qui ne sont pas là dans mon quotidien mais qui arrivent précisément en vacances. On peut aussi s’ennuyer pendant les vacances, manquer de stimulation intellectuelle, se sentir en décalage total avec sa famille ou ses amis.

Le fait de sortir de ses habitudes, de faire face à un environnement « nouveau », inhabituel et potentiellement sur stimulant peut déclencher des problèmes digestifs, de l’anxiété, des insomnies…quand même dommage pour les vacances !
C’est donc essentiel de prendre en compte tes besoins en tant qu’hypersensible pour passer des vacances de rêve !

 On va commencer par discuter des challenges de l’hypersensibilité en voyage.

Comprendre l’hypersensibilité en voyage

Comme tu le sais maintenant, l’hypersensibilité est une caractéristique neurosensorielle qui concerne environ 15 à 20% de la population mondiale. Les personnes hypersensibles ont un système nerveux plus réactif, plus sensibles aux stimuli émotionnels et sensoriels qui les entourent. Lorsqu’il s’agit de voyager, cette caractéristique peut emmener des défis uniques.

1er défi, ta sensibilité sensorielle accrue : lorsqu’on est extrêmement sensibles aux stimuli sensoriels tels que les bruits forts, les lumières vives, les odeurs intenses ou les textures particulières, on peut être sacrément challengés en voyage : par exemple, si vous voyagez en voiture avec votre famille, s’il y a une musique qui ne vous convient pas à la radio + la boite à histoire ou le dessin animé de votre ou vos enfants en même temps, on se retrouve très vite face à une hyperstimulation auditive, qu’on va retrouver de la même manière dans une gare ou un aéroport bondé dans lesquelles on aura en plus une hyperstimulation visuelle avec les lumières agressives des néons et la vue de la foule . Du côté des odeurs, vous pouvez être emmené à voyager à côté d’une personne qui porte un parfum qui est entêtant pour vous, ou qui va manger un sandwich qui vous dégoute, traverser le duty-free à l’aéroport…Vous avez compris, la surcharge sensorielle est le premier challenge à relever quand on voyage, car elle peut déclencher fatigue physique et émotionnelle plus élevée que la normale et d’autres troubles en lieu avec la suractivation du système nerveux orthosympathique.

2ème défi, ton hyperempathie et les émotions : Les hypersensibles sont souvent dotés d’une grande empathie et sont sensibles aux émotions et aux besoins des autres. Cela peut être un défi lors des voyages, car nous seront plus affectés par les émotions des autres voyageurs, ou de nos proches. Dans les moments d’attentes comme en salle d’embarquement à l’aéroport, on va pouvoir ressentir et se sentir assaillis par les émotions des autres sans parfois même comprendre d’où ça vient. Si tu voyages en groupe aussi, les nombreuses interactions sociales et ton empathie peuvent te surcharger émotionnellement. En plus de tes propres émotions liées à ton voyage. Mais on le verra un peu plus tard, tu peux aussi être submergé par la joie et l’émerveillement et ça c’est plutôt agréable !

3ème défi, ta profonde réflexion et analyse : Les personnes hypersensibles ont souvent une capacité accrue à percevoir les détails et à réfléchir profondément. On est souvent plus conscientes des subtilités de notre environnement et on a tendance à réfléchir de manière approfondie sur notre expérience de voyage, ce qui peut selon ce qui nous entoure augmenter notre niveau de stress, et notre anxiété.

On comprend bien qu’il est essentiel de bien comprendre ces défis pour mettre en place les bonnes actions préventives pour faire de nos voyages une expérience enrichissante et agréable.

Et pour cela rien de mieux que de bien préparer le voyage en amont !

D’abord pour te préparer émotionnellement et rendre ton expérience plus agréable et moins stressante. Voici mes conseils pour t’aider à préparer ton voyage en tenant compte de ton hypersensibilité.


Le choix du type de voyage

En groupe, en solo, en road trip, en famille, entre amis, les possibilités sont multiples. Il faut garder en tête quel est Ton besoin principal et quels sont tes plus grands challenges en tant qu’hypersensible.
Si tu es très stressé par l’organisation du voyage, le voyage organisé pourra te séduire mais attention car il implique très peu de flexibilité sur le déroulé, il est souvent très chargé en activités avec peu de pauses et requiert beaucoup d’interactions sociales qui peuvent être épuisantes. Ce n’est pas de prime abord le voyage le plus adapté à mon sens aux hypersensibles.

Le voyage solo ou seulement en famille peut être ta solution, mais tu pourras aussi bien te nourrir d’interactions profondes avec des amis. La solution sera peut-être d’opter pour une destination commune mais avec des logements séparés pour trouver des moments de solitudes.

Et au sein même de ta propre famille si tu es en couple avec des enfants, il est important de pouvoir exprimer tes besoins avec ton entourage et peut-être de ne pas faire toutes les activités ensemble. Je te donne un exemple, depuis quelques années on part souvent en camping pour que ma fille puisse se faire des amis pendant la semaine. Si j’étais réfractaire au départ car je n’aime pas trop l’ambiance camping, c’est une solution qui me convient finalement plutôt bien car elle m’offre la flexibilité de pouvoir rester au mobil-home quand mon mari et ma fille vont à la piscine aux heures les plus bondées ou aux activités festives qui parfois ne me plaisent pas.

Bien choisir ta destination

La destination est très importante, car elle va avoir un impact sur la durée du voyage, le moyen de transport, le degré de dépaysement, et le degré de stimulation sensorielle et émotionnelle. Choisis une destination qui ne te demande pas un énorme degré d’adaptation et qui ne t’impacte pas trop émotionnellement, surtout si tu commences à peine à voyager. Si tu souhaites voyager beaucoup, tu pourras augmenter au fur et à mesure. Par exemple, certains pays comme l’Inde, l’Afrique, seront plus bouleversants émotionnellement.

Choisis une destination qui offre un équilibre entre tranquillité et stimulation. Les endroits surpeuplés, bruyants ou trop stressants vont augmenter ton niveau de stress et de fatigue. Privilégie les lieux calmes, proches de la nature ou offrant des possibilités de retraite et de détente. Ça ne veut pas dire de ne jamais visiter de grandes villes ! Mais par exemple d’aller visiter les endroits surpeuplés en heures creuses, et de prévoir un moment au calme dans un parc entre deux activités stimulantes par exemples ! Ou bien visiter une grande ville sur seulement une partie de ton séjour, pour te permettre de te ressourcer après dans un environnement plus calme. Si tu es plutôt en mode familial et que c’est l’option camping qui est retenu, choisi avec soin ton emplacement pour être suffisamment loin des espaces bruyants. Et dans l’idéal choisir un camping qui propose un accès direct à un plage ou une rivière pour éviter la foule de l’espace piscine.

Si ta digestion est problématique, le fait de pouvoir te préparer à manger, surtout si le séjour dure plusieurs jours, est une option à envisager. Si ce n’est pas possible ou pas adapter, renseigne-toi sur les habitudes alimentaires du pays ou tu vas pour voir si c’est en accord avec tes besoins. Par exemple, manger au restaurant tous les jours midi et soir est assez difficile pour moi en France. Mais au Cap Vert je n’ai eu aucun problème, car on mange essentiellement du poisson ou du poulet grillé avec des légumes cuits et du riz. Super digeste !

Bien choisir ton moyen de transport

Le transport est souvent un des moments les plus challengeant.

L’avion est selon moi le moyen de transport le moins adapté aux hypersensibles (et ce n’est pas parce que j’ai horreur de ça), mais objectivement, le temps d’attente entre le départ pour l’aéroport et le décollage de l’avion est très long et laisse place à beaucoup de stimulations sensorielles : lumière, bruit (en particulier le passage des contrôles de sécurité), odeurs (on a déjà parlé du duty-free), attente à proximité d’autre voyageurs laissant place à beaucoup de temps pour faire l’éponge émotionnelle, puis proximité dans l’avion même. Donc on le garde uniquement s’il n’y a pas d’autres options et on choisit des horaires de vols en heures creuses, et on usera des petites tactiques pour minimiser l’impact. Choisis si possible ta place dans l’avion en avance, selon tes préférences. Moi j’aime bien être plutôt vers l’avant de l’avion car cela bouge un peu moins et plutôt au couloir sauf si je suis uniquement avec ma famille auquel cas je préfère le hublot, mais tu peux préférer être à l’arrière si tu n’es pas sensible car il y a souvent un peu moins de monde.

Le train est déjà plus « facile ». Beaucoup moins d’attente, plus facile de choisir sa place, un peu moins de proximité avec les autres voyageurs et la possibilité de se promener dans le train si on ne se sent pas bien là où on est.

La voiture est souvent le moyen le plus cocon, à condition que les autres occupants de la voiture fassent l’effort de ne pas user de parfums trop forts et que chacun régule son volume de sonore.

Bien choisir où tu vas dormir

Hôtel, location, camping, auberge de jeunesse, bnb, road trip en van, les choix sont multiples. Il faut encore une fois bien réfléchir aux implications de chaque choix. Avoir la possibilité de cuisiner est importante si le voyage dure et que ta digestion est très sensible, avoir une chambre à toi me paraît également être un critère de choix. A toi d’évaluer tes critères les plus importants en fonction des besoins essentiels.


Planifier intelligemment son itinéraire

Une planification bien pensée peut t’aider à minimiser les sources de stress. Quand je dis planifié, ça ne veut pas dire une liste de choses à faire et à checker, mais plutôt de prévoir suffisamment de temps pour chaque activité afin de ne pas te sentir précipité. Ne pas surcharger tes vacances d’activités et te laisser des moments de repos et de rien. Plus le programme sera flexible, moins il sera source de stress

Tu l’auras compris, prévoir un voyage adapté à tes besoins, te permettra de créer un environnement propice à ton bien-être émotionnel et physique lors de ton voyage.


Voici toutes mes astuces pour que ça se passe bien pendant le voyage !

ll faut savoir que le trajet en lui-même est très déséquilibrant pour le dosha Vata selon l’ayurvéda. Du fait de la vitesse de déplacement, les voyages aggravent Vata, donc encore plus en avion et si on traverse plusieurs fuseaux horaires. Ils peuvent causer des troubles digetsifs en mangeant des aliments nouveaux à des heures irrégulières. Voyager peut également augmenter l’anxiété et l’insomnie.  Tout ce qui va déséquilibrer le dosha Vata, va accentuer ton hypersensibilité. Donc en voyage, il est recommandé de prendre bien soin de ce dosha.

Je vais te présenter ici mes indispensables pour un voyage réussi :

  • Un casque anti-bruit ou des boules quiès qui vont te permettre de t’isoler des environnements trop bruyants quand tu ne peux pas les éviter. Et puis les boules quiès restent indispensables si tu es sensible aux bruits pour bien dormir une fois arrivé sur place.
  • L’ayurveda recommande de mettre une goutte d’huile dans les oreilles
  • Un masque pour les yeux si tu es sensible à la lumière au cas où il n’y ait pas de volets là où tu vas.
  • Bien t’hydrater tout au long du voyage. Les climatisations dessèchent particulièrement les muqueuses, c’est hyper important de bien boire tout au long de la journée aussi pour ton système digestif. Si tu fais un très long vol, je te recommande de partir avec une gourde vide et de demander à l’hôtesse de te la remplir d’eau chaude. Boire chaud tout au long du voyage préservera ta digestion.
  • Si tu dois rester assis longtemps sans bouger, ton transit peut être impacté. Pense à emporter des snack sains et digestes pour éviter les sandwichs qui vont aggraver le problème. Tu peux aussi consommer du gingembre confit tout au long du voyage pour aider ta digestion.
  • Une playlist apaisante téléchargée pour être accessible hors ligne. De mon côté j’ai 3 playlists apaisantes. Une de mantras, une de koshi, et une de musique classique. C’est un excellent moyen de m’isoler des environnements bruyants qui m’activent tout en nourrissant mon besoin de beau dans mes oreilles.
  • Quelque chose pour te divertir, un bon livre, une série, un jeu, une énigme à résoudre, un podcast à écouter, pour t’éviter de regarder en détails les visages des autres passagers et d’absorber leurs émotions. C’est encore un moyen ici de rester plongé dans sa bulle. Promis une fois le voyage passé on ressort de sa bulle, il n’est pas question de vivre son hypersensibilité en s’isolant, mais dans certaines situations particulièrement stressantes c’est un bon moyen.
  • Une tenue de voyage confortable et des vêtements en couche, pour te permettre de palier aux différences de températures, clim, …
  • Un audio de yoga nidra, l’application Respi-relaxou la respiration nadhi sodhana et une HE relaxante comme l’ylang ylang ou le petit grain bigaradier en cas de signaux de suractivation de mon système nerveux.
  • De quoi soulager le mal des transports si tu en souffres : HE de menthe poivrée ou de citron, Cocculine ou un médicament plus fort si cela ne suffit pas.

 

Une fois arrivé à destination, voici les points essentiels pour que tout se passe bien

Si des symptômes physiques se manifestent, il est essentiel de prendre des mesures pour te détendre et t’apaiser. Les techniques de relaxation telles que la respiration profonde, le yoga ou les exercices de relaxation musculaire dynamique peuvent t’aider à réduire le stress et à atténuer tes symptômes physiques. Tu peux les pratiquer partout.

Planifier des pauses régulières dans ton emploi du temps de voyage pour te reposer et te ressourcer est essentiel. Les moments de calme te permettent de te recentrer, te détendre et de réduire la stimulation extérieure. Tu peux choisir de te retirer dans un endroit paisible, de faire une courte sieste, de lire un livre ou d’écouter de la musique apaisante. Ces moments de solitude te permettront de te ressourcer, de te recentrer et de te reconnecter à toi-même.

Choisis les moments de la journée où les attractions touristiques sont moins fréquentées pour aller les visiter.

Tout en profitant des plaisirs gustatifs des vacances, veille à bien t’hydrater et avoir au global une alimentation qui reste équilibrée pour éviter les désagréments digestifs. Profite des vacances pour avoir des activités physiques : vélo, nage, rando, balade. Ton corps et ton esprit en bénéficieront tous les deux.

Rester connecté à nos émotions en voyage est important. Prendre le temps d’être conscient de ce qu’on ressent. Observant nos émotions sans les juger. Les accepter comme une partie normale de notre expérience de voyage et se donner la permission de les ressentir pleinement. Tu peux trouver des moyens sains d’exprimer tes émotions pendant ton voyage. Avoir des moments et des espaces pour libérer ces émotions, que cela soit par l’écriture dans un journal, une pratique artistique ou autres, laisse de la place aussi pour ça pendant ton voyage.  Et être à l’écoute de tes émotions va t’aider à reconnaitre quand c’est trop pour toi, à ne pas te forcer, à oser dire non à une activité qui ne te convient pas, à comprendre ton seuil de tolérance. Tu n’es pas obligé de rester scotché avec tes partenaires de voyages.

Pratiquer la gratitude pour cultiver une perspective positive de ton voyage. Prends le temps chaque jours, de reconnaître les aspects positifs de cette expérience, que ce soit la beauté d’un paysage, les rencontres enrichissantes ou les moments de joie. En focalisant ton attention sur les aspects positifs, tu vas rééquilibrer les émotions plus intenses et favoriser votre bien-être émotionnel.

Remplir chaque jour avec au moins une activité qui nourrit ton hypersensibilité : observer un paysage magnifique, un coucher de soleil, déguster la meilleure glace de la ville, visiter un lieu historique qui t’enrichi culturellement, rencontrer la culture locale, écouter un concert local, engager des discussions profondes avec tes proches.

Tu l’auras compris, voyager en restant en pleine forme c’est possible quand on est hypersensible, et c’est même génial car notre grande sensibilité va nous permettre de profiter pleinement de tous les plaisirs et beautés de cette expérience.

Il s’agira simplement d’anticiper un peu et de rester à l’écoute de soi pour ne pas subir de désagréments physiques.

Je t’offre un guide gratuit “7 étapes clés pour apprendre à gérer ton trop-plein d’émotions et de pensées, pour retrouver ton énergie et ta santé!”. Tu y trouveras notamment des conseils pour nourrir ton système nerveux! Pour le télécharger, c’est par ici :

Tu souhaites réduire ton stress, rééquilibrer ton alimentation, pratiquer le yoga, ou être accompagné au naturel pour des troubles ou des déséquilibres? Je peux t’accompagner avec le yoga et des conseils en naturopathie, au Laboratoire du Prana sur L’Union ou à distance, par téléphone / Skype / zoom.

Cliquez ici pour en savoir plus…

Epingles cet article pour le retrouver plus facilement plus tard!

Voyage et hypersensibilité
Voyages et hypersensibilité
Vacances et hypersensibilité
Julie professeur de yoga et conseillère en naturopathie

À propos

Bienvenue sur le Laboratoire du Prana, un lieu d’expérimentation de votre énergie de vie.

Je m’appelle Julie et je vous propose des cours de yoga et des conseils en naturopathie en ligne et à L’Union.

Cliquez ici pour en savoir plus.

Articles récents

télécharger bulles de déconnexion offertes

Vous souhaitez réduire votre stress, rééquilibrer votre alimentation, pratiquer le yoga, ou être accompagné au naturel pour des troubles ou des déséquilibres? Je peux vous accompagner avec le yoga et des conseils en naturopathie, au Laboratoire du Prana sur L’Union ou à distance, par téléphone / zoom.

Cliquez ici pour en savoir plus…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.